Naviguer en eau douce avec TEMO
Naviguer en eau douce avec TEMO

Naviguer en eau douce avec TEMO

Naviguer sur des rivières, observer les oiseaux ou s’initier à la pêche en eau douce : des activités ludiques et accessibles à tous. Saviez-vous qu’avec une petite embarcation équipée de TEMO vous pouvez vous offrir de splendides promenades en eaux intérieures ? Voici un point sur les réglementations et les bons usages pour naviguer en eau douce avec TEMO, en toute sécurité et dans le respect des autres usagers. Sans oublier quelques réflexes pour préserver ces espaces fragiles qui font toute la richesse de notre territoire.

Naviguer en eau douce : le point sur la réglementation 

Le permis bateau est-il obligatoire avec TEMO ?

Aussi appelé permis fluvial, le permis bateau option eaux intérieures permet de conduire sur les rivières, lacs et canaux. Ce permis est obligatoire pour les bateaux d'une puissance motrice de plus de 4,5 kW (6 CV) et d'une longueur de moins de 20 m.

Avec une puissance équivalente à 2 CV, TEMO est le propulseur idéal d’une embarcation légère de moins de 2,5 m et reste donc hors du cadre d’application du permis fluvial.


Un titre de navigation est-il obligatoire avec TEMO ?

Un enregistrement administratif est obligatoire pour toute embarcation de plus de 5 m de long et dont la motorisation est supérieure à 4,5 kW (6 CV). Si votre embarcation est bien conforme aux recommandations de TEMO et donc inférieure ou égale à 2,5 m de long, celle-ci ne nécessite pas d’enregistrement préalable auprès des autorités.

A noter : Kayaks ou bateaux gonflables peuvent être d’excellents supports pour des navigations sur des eaux intérieures abritées. L’idéal ? Ceux confectionnés en DropStitch, qui offrent une parfaite rigidité une fois gonflés.

Quel est le matériel de sécurité à embarquer avec TEMO ?

En considérant qu’une embarcation propulsée par TEMO ne dépasse pas 2,50 m, il n’y a pas de liste de matériel obligatoire. Cependant le bon sens conduit à embarquer un minimum d’équipement comme des rames et des gilets de sauvetage.  Retrouvez la liste complète des bonnes pratiques dans notre article Utiliser son annexe de bateau en toute sécurité.


Comment repérer les espaces protégés ?

Parcs nationaux, Parcs naturels régionaux, Réserves naturelles, Conservatoire du littoral et des rivages lacustres, etc. : la liste des organismes en charge de protéger les espaces naturels est longue. Chaque territoire prend en charge lui-même ou via des partenariats avec des organismes la gestion de ces zones protégées. Les réglementations sont donc locales et varient tout au long de l’année.

Notre conseil : Repérez votre itinéraire au préalable et renseignez-vous auprès des autorités locales pour connaître les réglementations en vigueur. Mairies ou offices de tourisme sauront vous indiquer précisément ce qui est autorisé et, pourquoi pas, vous orienter vers des destinations auxquelles vous n’auriez pas pensé !

Les bonnes pratiques pour naviguer en eau douce avec TEMO.

Rappel des règles de priorité

  Fleuves, rivières et canaux 

Les bateaux de marchandises et de transport de passagers sont prioritaires sur les bateaux de loisirs et de sport. Si les deux bateaux qui se croisent sont de même type, celui qui va dans le sens du courant, l’avalant, est prioritaire sur le montant. Si les deux bateaux sont des embarcations de loisirs et de sport, le moins manœuvrable est prioritaire.

  Lacs et plans d’eau

Les règles de priorité applicables sont les mêmes qu’en navigation maritime.


Naviguer en toute sécurité en eaux intérieures

Comme pour n’importe quelle sortie en bateau, la prudence est de rigueur. Avant de partir, passez en revue les points suivants :

- Les conditions météo du jour et des jours précédents : crues ou asséchements peuvent modifier les courants et la navigabilité.

- L’environnement : repérez les barrages et les écluses à proximité de votre parcours. Prenez note de leurs horaires d’ouverture ou de lâcher d’eau.

A noter : Les barrages constituent l’un des dangers majeurs de la navigation en eau douce. En amont ou en aval, ils entraînent des courants violents difficilement décelables.


Préserver l’écosystème fragile des eaux intérieures

Restez à distance des animaux, sans chercher à les poursuivre ;

Repérez au préalable les zones de débarquement ou d’amarrage autorisées pour ne pas perturber sans le savoir des périmètres d’habitat ou de nidification d’espèces protégées ;

Pilotez à vitesse réduite et à distance des rives : votre sillage crée des remous entraînant l’érosion des berges qui sont de vraies niches écologiques ;

Evitez les nuisances sonores et les traces de carburant. Propre et silencieux, TEMO fera de vous un plaisancier autant apprécié par vos voisins de promenade que par la faune et la flore que vous croiserez ;

Enfin, la pêche en eaux intérieures est réglementée : prenez les dispositions nécessaires pour exercer votre passion en toute légalité.

Léger, maniable, puissant et silencieux le moteur électroportatif TEMO s’avère idéal pour une navigation dépaysante en eaux intérieures. Une alternative facile à mettre en place pour découvrir de nouveaux horizons à deux pas de chez vous !

Et vous, avez-vous déjà essayé TEMO en eau douce ?

Pour aller plus loin : 

Guide des loisirs nautiques en eau douce édité par le Ministère de la Mer

VNF - Voies Navigables de France


Naviguer en eau douce avec TEMO
Clémence Vollaire
24 mars, 2021
Partager
Étiquettes
Modifier
Archiver
Se connecter to leave a comment
Bien choisir son annexe de bateau : taille, type et propulsion