La SPA (La Société nationale de Protection des Annexes de bateau) prévient et dénonce l'abandon sauvage des embarcations légères

La SPA (La Société nationale de Protection des Annexes de bateau) prévient et dénonce l'abandon sauvage des embarcations légères à l’approche de la haute saison.

En 2020, on constatait déjà une hausse de 20% des abandons d’embarcations légères aux alentours des ports, des mouillages et des points d’eaux français. Achetés en masse avec l’arrivée des beaux jours, ces petits bateaux très populaires comme moyen de transfert sont ensuite brutalement abandonnés à la première galère de moteur...

Une hausse considérable des abandons de centaine d'annexes de plaisance. 

C’est le terrible constat effectué par la SPA dans un communiqué publié ce jeudi 1er avril. Ces 12 derniers mois, la Société nationale de Protection des Annexes a noté une hausse de 20% des “embarcations dites légères” abandonnées. Parmi elles des 3D Tender, Sportyak, Plastimo, BIC 245, Highfield, barques pliantes et tant d'autres...! Aucune marque n'est épargnée par ce triste sort.

La cause ? L’achat parfois impulsif d’une nouvelle annexe avec l’arrivée de la saison et particulièrement suite au premier déconfinement de mars 2020.  L’association écrit avoir constaté “une corrélation directe avec l’achat frénétique de ces types de bateaux en magasin d’accastillage ou sur Internet lors du premier confinement, abandonnées comme de vulgaires objets de consommation quelques mois plus tard”.

L’un des délictueux propriétaires pris sur le vif après avoir tenté d'abandonner son annexe dans un fourré s’explique : 

“  Avec  l’arrivée de  la saison j’étais heureux de pouvoir naviguer à nouveau et comme j’ai mon bateau au mouillage et que j’ai pu économiser pendant le confinement je me suis dit allez ! c’est l’occasion de me racheter du bon matériel ! raconte le plaisancier. “J’ai donc opté pour une petite annexe en plastique de 2m40 flambant neuve sur roulettes pour le côté pratique… poursuit-il. "Si au départ je faisais mes aller-retours à la rame, comme beaucoup, j’en ai très vite eu marre… Après quelques semaines de transfert entre mon corps-mort et la rive je me suis lassé…” se désole le quinquagénaire. “Alors oui, on m’a bien recommandé de prendre un petit moteur thermique en complément pour me donner du courage mais je m’en suis déjà fait voler un en le laissant un soir sur l’annexe... et je ne me sens plus capable de le trimballer partout… faut voir ce que ça pèse..!! Un âne mort !! Bref... Il n’ y a pas de solution.” se justifie t-il.

©Dave Robinson

Encadrement strict 

Face à ce pic d’abandons record suite à la dernière saison estivale, Jean-François Dériveur, président de la SPA, demande un encadrement strict des ventes.

Dans le magazine Actu Plaisante, il explique: “Nous demandons aux revendeurs d’être vigilants et à l’écoute du plaisancier afin de mieux cerner ses motivations et arriver à transformer l’achat impulsif d’annexe en un besoin davantage réfléchi. Au-delà des réprimandes qui n’ont pas un fort impact  - poursuit-il - nous voulons accompagner les navigants en leur proposant de nouvelles solutions de propulsion plus simples afin de faciliter la pratique de l’annexe et limiter son abandon sauvage.”

©jeff-finley


Parmi elles, on note l’arrivée attendue d’un tout nouveau moteur électro-portatif et tubulaire pour annexe, le TEMO.450. Très léger (5Kg), compact et silencieux, il offre un tout nouveau confort de transport et de navigation à l’usager. 

Grâce à des innovations comme celles-ci et au travail de sensibilisation effectué quotidiennement sur le terrain par les volontaires de la SPA, on enregistre néanmoins 37.667 nouvelles adoptions depuis 2019, dans les 62 points de recueil mis en place par l’association.

Souvent encadrés par des chantiers navals, ces refuges accueillent les annexes abandonnées pour les remettre en état et leur offrir une seconde vie avec de nouveaux propriétaires bienveillants.  

©Benjamin Sellier
 

En 2020, année particulière à cause des restrictions de navigation, les annexes et autres embarcations légères de plaisance ont bénéficié du dispositif “Annexe solidaire”, adapté aux contraintes et aux mesures de lutte contre la vague de déferlement des navigants suite au déconfinement. Une opération inédite.

“Je suis fier de notre association qui a réussi à faire face à une situation exceptionnelle avec le seul objectif de sauver les annexes”, a réagi  Marie-Ange de la Barque, coordinatrice bénévole des chantiers refuges, qui a salué “le professionnalisme” de ses collaborateurs et le “soutien des donateurs”.

Espérons que ce nouveau déconfinement et la saison à venir se feront sous le signe de la mesure et de la vigilance à l’attention de toutes ces annexes à la tâche qui font quotidiennement le bonheur de milliers de plaisanciers ! ;-)

La SPA (La Société nationale de Protection des Annexes de bateau) prévient et dénonce l'abandon sauvage des embarcations légères
Justine Perussel
1 April, 2021
Partager
Labels
Edit
Archive
Sign in to leave a comment
Naviguer en eau douce avec TEMO