Processus de fabrication TEMO : Le conditionnement avec notre partenaire ESAT ARTA.

Processus de fabrication TEMO : Le conditionnement avec notre partenaire ESAT ARTA.


Depuis la genèse de TEMO, nous avons à cœur de développer des produits et des accessoires innovants les plus respectueux de l’environnement possible et nous nous entourons d’acteurs et d’entreprises locales pour mener à bien chaque étape de notre projet, que ce soit sur :
·        La conception du produit
·        Le choix des matériaux
·        La fabrication française et l’assemblage de notre moteur électroportatif
·        La logistique
·        Le conditionnement

Pour nous accompagner sur cette dernière étape, nous avons fait appel à un établissement médico-social qui travaille à nos côtés depuis le début et participe au succès de TEMO. Il s’agit de l’ESAT (établissement et services d'aide par le travail) ARTA - situé à Saint-Sébastien-sur-Loire, en périphérie de Nantes. Nous vous emmenons aujourd’hui à la rencontre de Michelle Costantini (monitrice d’atelier), Michel Guilbault (responsable de production) et Antoine Decré (responsable des opérations). 3 des acteurs incontournables de cet établissement médico-social.

Bonjour à vous trois, pouvez-vous nous décrire l’ESAT ARTA en quelques mots ?


L'ESAT ARTA  accompagne toute personne en situation de handicap à la suite d’une lésion cérébrale par le biais d’un emploi adapté.

Les conséquences d'une lésion cérébrale ou les suites d'un coma viennent en effet perturber leur vie familiale, sociale et professionnelle. Elles obligent à définir un nouveau parcours, sur des bases différentes, avec des moyens adaptés. A l'ESAT ARTA, notre rôle est de les mettre en avant, qu’ils se sentent écoutés et compris au sein d’un environnement de travail protégé, bien plus adapté que dans une entreprise dite « traditionnelle ».

L’ESAT est rattaché à VYV3 Pays de la Loire qui appartient au groupe mutualiste VYV, 1er opérateur privé solidaire en France, et 1 er acteur mutualiste de santé et de protection sociale. Au plus près des territoires, VYV, à travers la diversité de son offre et fort de l’engagement humain de ses 4100 collaborateurs et 180 élus, développe et gère une offre de soins et de services organisée autour de trois pôles métiers (services et bien médicaux, accompagnement et soins, personnes âgées).

Combien de personnes travaillent sur le site de Saint-Sébastien-sur-Loire et comment arrivent-elles chez vous ?

Nous avons 100 travailleurs en situation d'handicap sur le site de Saint-Sébastien-sur-Loire.
Le processus d’admission est assez complexe. C’est la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) qui propose d'orienter une personne vers un ESAT comme le nôtre, ou de l’orienter vers une entreprise traditionnelle. 

Un travailleur d’ESAT signe à son admission un contrat et soutien d’aide par le travail qui définit les engagements des deux parties. En fonction des capacités, des compétences et le projet de chacun, l’ESAT propose d’affecter la personne dans un atelier spécifique.



Combien avez-vous de secteurs d'activités différents ? 

Nos secteurs d’activités sont très variés, mais les 3 principaux services sont la blanchisserie, l’atelier mécanique et le conditionnement. La blanchisserie est la partie la plus importante, nous gérons une tonne de linge chaque jour. Nous pouvons aussi bien laver et plier les vêtements de travail d’Airbus, que passer des gaines pour l’industrie électronique ou encore conditionner divers produits.

Quelle est la particularité d’embaucher des personnes en situation de handicap due à une lésion cérébrale ?

Chaque personne est unique. C’est une phrase un peu bateau et c’est également vrai en dehors d’un ESAT, mais il y a un « avant » et un « après » l’accident cérébral. Tout d’abord, le niveau de fatigabilité d’une personne ayant subi un traumatisme crânien est vraiment très important. De ce fait, plus de 50% de nos travailleurs sont en temps partiel. C’est presque une nécessité pour permettre à chacun de participer à la production au regard de ses potentialités. D’autre part, les troubles cognitifs, séquelle majeure d’une lésion cérébrale, conduisent les équipes à adapter chaque marché aux travailleurs.

Le travail pour ces personnes est un « outil » pour les faire progresser  ou maintenir leurs compétences, et c’est formidable de voir leur niveau d’implication. Ils sont tous très investis et nous les accompagnons pour qu’ils se sentent le mieux possible à leur poste de travail.

Et même s’ils décident de quitter l'ESAT, nous avons le devoir et l’obligation de les accompagner dans un nouveau parcours de vie, de trouver une solution avec eux, pour que la « sortie » se passe le mieux possible.

Une autre particularité de ces travailleurs, c’est qu’ils ne sont pas salariés de notre établissement. Ils ont un contrat de soutien et d’aide par le travail et non un contrat de travail en tant que tel. C’est la même situation dans tous les ESAT.



Combien avez-vous de clients et comment se passe l’intégration de nouveaux projets ?

Nous avons environ 150 clients réguliers. L’intégration de nouveaux clients ou de nouvelles missions est un savant mix entre le développement commercial et la capacité de production. En règle générale, lorsqu'un client appelle, Antoine Decré (Responsable des Opérations), discute avec lui et analyse ses besoins. Avec l’appui de Michel Guilbault (Responsable de production) et ses 15 années d’expérience au sein de l’ESAT, ils étudient la faisabilité de la collaboration.

Il faut que la mission ne soit ni trop courte, ni trop complexe et surtout jamais dans l’urgence. La mise en place de chaque processus, chaque tâche est longue et exigeante.

Sur une mission qu’un client souhaite nous confier, nous pouvons décider de la faire dans sa globalité si nous le pouvons, ou effectuer seulement quelques processus. Nous faisons le tour de tout ce qui est possible à réaliser, établissons un devis, un calendrier et validons cela avec le client.

Comment s’organise la mise en place de la chaîne de production ?

Il faut s’adapter à chaque employé. Le rôle des moniteurs est de penser, créer et adapter la ligne de production. Ils savent comment organiser leurs équipes, quelle personne va être dédiée à une nouvelle mission etc. Ils vont tout faire pour simplifier les tâches au maximum ; de la moindre petite tâche jusqu’au processus complexe.  

Un moniteur encadre en moyenne 13 personnes afin de les connaître parfaitement. Ils connaissent les limites de chacun et s’y adaptent. Cela peut passer par l’impression d’une « notice » explicative, de photos avec le dispatch de pièces spécifiques. Certains travailleurs peuvent travailler sur une tâche, tournent la tête une fraction de secondes et peuvent oublier ce qu’ils faisaient pendant la dernière heure. Il faut que tout soit parfaitement expliqué pour qu’ils ne soient pas désorientés. Il est donc important pour l’organisation générale de l’ESAT, qu’une mission dure au moins quelques jours. Il ne faut pas non plus qu’elle soit trop redondante pour ne pas les lasser. C’est un mix de tout un tas de variables et nous nous y adaptons en temps réel.



Quels sont les avantages d’une entreprise à faire appel à l’ESAT ?

Grâce à la complexité de notre organisation, nous avons développé une adaptabilité et une réactivité accrue. De plus, comme la mise en place de la ligne de production est pensée dans les moindres détails, notre taux de retour est quasiment nul. La qualité de notre travail est désormais reconnue et fait partie de nos plus grands atouts, cela peut séduire les nouveaux clients.

Chaque travailleur et chaque client possède ses particularités, cela nécessite une grande capacité d’adaptation, c’est notre défi quotidien, mais d’un autre côté, cela nous a permis d’élargir nos domaines de compétences et permettre notre développement.

Qu’en est-il du coût ?

C’est un autre avantage pour une entreprise et pas des moindres.

En effet une entreprise a l’obligation d’intégrer au moins 6% de travailleurs en situation de handicap dans ses équipes, sous peine d’amendes et de sanctions.

En France 80% des entreprises possèdent moins de 3%, vous imaginez donc le nombre d’entreprises hors des clous. Le fait de faire appel régulièrement à nos services peut diminuer le montant de la contribution d’une entreprise.

De plus nous avons des aides de l’Etat afin de pallier la productivité. En effet, nous estimons qu’un intérimaire expérimenté équivaut à 2 ou 3 de nos travailleurs en situation de handicap.

Avec les aides de l’Etat, nous pouvons donc rester compétitifs tout en maintenant des rémunérations décentes.


Comment s’est passée la rencontre avec TEMO ?

Nous travaillons avec très peu de Startups. En effet, une entreprise de moins de 20 salariés n’a pas l’obligation d’employer des personnes en situation de handicap. Mais depuis le début de l’aventure TEMO, c’était la volonté d’Alexandre SEUX son fondateur, d’intégrer une ESAT dans le processus de fabrication.



Avec une startup, tout va très vite, il y a beaucoup de changements, il faut s’adapter en permanence. Avec TEMO nous avons à cœur d'être réactifs, de nous adapter au mieux à leur cadence de production et à leurs besoins en temps réel. 

Michelle et Michel sont très rigoureux, ils ne laissent rien passer. Pour TEMO et notre structure que tout oppose, c’est très intéressant d’arriver à travailler ensemble. Nous avons l’impression, à notre niveau, d'avoir participé à la professionnalisation de TEMO, avoir permis de structurer certains de leur process et nous, d’avoir gagné en souplesse. C’est une collaboration gagnante à tous les niveaux.

Quelles sont les missions que vous exécutez pour TEMO et combien de personnes y sont dédiées ?

Pour TEMO, 3 à 4 personnes sont impliquées dans les processus suivants :

·        Nous imprimons, plions, encartons et agrafons les notices dans plusieurs langues

·        Nous mettons en sachet les vis, écrous, boulons de la dame de nage

·        Nous attachons la dragonne à la clef magnétique

·        Nous plions le chiffon livré avec le TEMO·450

·        Et nous intégrons tous les éléments dans le carton comme les autocollants, la dame de nage et ses vis, le chargeur et tous les accessoires en général.

·        Nous préparons également tous les accessoires vendus séparément à l’unité.

Chez TEMO nous sommes vraiment fiers de ce partenariat et sommes en train de réfléchir à élargir le nombre de missions que nous voulons confier à Michelle, Michel, Antoine et les 100 travailleurs de l’ESAT. Nous sommes vraiment très satisfaits du travail de chacun et de la relation que nous entretenons avec tous les acteurs de cet ESAT.

Un grand merci à eux et si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez découvrir leurs activités sur leur site internet .

Processus de fabrication TEMO : Le conditionnement avec notre partenaire ESAT ARTA.
Thibaut Coutansais
21 juillet, 2021
Partager
Étiquettes
Modifier
Archiver
Se connecter to leave a comment
TEMO entreprise engagée, Lauréate France Relance