Bien choisir son annexe de bateau : taille, type et propulsion
Bien choisir son annexe de bateau : taille, type et propulsion

Bien choisir son annexe de bateau : taille, type et propulsion

En plaisance, l’annexe de bateau est l’indispensable navette qui vous permet de rejoindre votre embarcation principale au corps-mort, de débarquer à terre en croisière ou d’explorer des criques. Pour pouvoir l’utiliser facilement et en toute sécurité, cette petite embarcation nécessite cependant d’être choisie avec soin. Taille, type, matériaux, propulsion : sur quels critères se baser ? TEMO vous guide pas à pas pour vous aider à choisir l’annexe la plus adaptée à votre navigation.

Trouver la taille idéale de votre annexe

Un casse-tête sans fin : trop petite quand on s’en sert, elle devient trop grande quand on essaie de la plier dans son coffre. La bonne taille d’annexe dépend avant tout du gabarit du bateau porteur et de l’usage que vous en faites. Voici quelques repères utiles : 

Taille du bateau, taille de l’annexe et nombre de passagers

- Bateau de 6 à 12 m => Annexe de 1,80 à 2,50 m de long (1 à 3 personnes)
- Bateau de 12 à 15 m => Annexe de 2,60 à 3,50 m (3 à 4 personnes)
- Au-delà de 15 m => Annexe de 3,80 m et plus (4 personnes et plus)

Connaître ses habitudes de navigation

Prenez le temps de vous poser les bonnes questions ! Si vous optez plus souvent pour des mouillages que pour des nuits au ponton, si vous avez l’habitude d’être nombreux à bord et/ou avec de jeunes enfants, optez pour la taille au-dessus. Cela évite les surcharges dangereuses et la multiplication des allers-retours.

Choisir le type d’annexe: rigide, gonflable ou semi-rigide?

Pour accéder à son mouillage : une annexe rigide

Robuste, équipée de roulettes, elle est facile à mettre à l’abri à terre et peut rester accrochée à votre bouée en attendant votre retour. L’annexe rigide est indispensable sur les mouillages non desservis par des navettes.

Pour la croisière : une annexe gonflable ou semi-rigide

- Annexes gonflables à plancher latté
Ce sont les modèles les plus courants, ils offrent un bon rapport qualité-prix.

Usage : Occasionnel ou régulier.
Mise en œuvre : Rapide.
Rangement : Pliable, faible encombrement.
Les + : Le plancher latté apporte de la stabilité lors des transferts de passagers.
Les - : L’absence de quille la rend sensible aux vents et aux courants, peu manœuvrable dans le clapot.

- Annexes gonflables à plancher gonflable
Lors du gonflage, la carène en DropStitch de ces annexes adopte une forme rigide en V, gagnant ainsi en stabilité.

Usage : Régulier.
Mise en œuvre : Facile et rapide.
Rangement : Pliable, faible encombrement et facile à transporter.
Les + : Une solution plus légère et plus manœuvrable qu’une annexe à plancher latté.
Les - : L’embarcation reste sensible aux vents et courants.

- Annexes gonflables à plancher aluminium
Ces modèles appréciés pour le transport des charges lourdes sont équipés de planches en aluminium emboitables et d’une quille gonflable.

Usage : Intensif.
Mise en œuvre : Facile, nécessite plus de temps.
Rangement : Pliable, encombrement moyen.
Les + : Une solution plus stable pour les transferts et facile à manœuvrer.
Les - : Poids, encombrement et mise en œuvre plus longue.

- Annexes semi-rigides
Très résistantes grâce à leur coque en aluminium ou en polyester, ces embarcations ont une carène en V qui les rend stables et faciles à manœuvrer.

Usage : Intensif.
Mise en œuvre : Facile et rapide.
Rangement : Non pliable. Se fixe sur les bossoirs.
Les + : Une solution maniable, confortable et sûre qui autorise plus de vitesse.
Le - : Lourdes et encombrantes, ces embarcations conviennent aux bateaux de grande taille équipés de bossoirs.

Note : d'autres embarcations tels que les kayaks ou les stand-up paddles peuvent aussi être de bonnes alternatives pour assurer vos transferts entre la rive et le bateau.

PVC ou Hypalon : le point sur les matériaux

Les structures gonflables sont confectionnées soit en PVC, soit en Hypalon. Alors que le PVC présente un excellent rapport qualité-prix dans les zones tempérées, il est recommandé d’opter pour des boudins en Hypalon en Méditerranée ou dans les zones tropicales. Plus cher, il offre cependant une meilleure résistance à la chaleur et aux UV. 

Opter pour une propulsion adaptée à son annexe

Important : Se référer à la notice de l’annexe pour ne pas dépasser la vitesse maximale autorisée.

Rames et avirons

Utilisée seule, en paire ou en godille, la rame est indispensable à bord d’une annexe même motorisée. Elle pourra être la propulsion principale des petites embarcations lorsque les conditions le permettent : petites charges, plan d’eau calme et sans courant. 


Moteur thermique

Régulièrement révisé, le moteur thermique est une solution efficace, fiable et robuste dans le temps. Cependant, son poids important rend son installation périlleuse. 
A noter : Les moteurs thermiques sont interdits dans certaines zones protégées.


Moteur électrique

Les moteurs électriques offrent aujourd’hui une propulsion tout à fait adaptée aux petites embarcations et engendre moins de maintenance et de pollution que les moteurs thermiques.  A noter l’arrivée sur le marché de nouveaux formats, plus compacts et adaptés sur les embarcations légères comme  TEMO.450 qui se distingue des moteurs classiques par son design et offre la première solution de propulsion électroportative. Son poids léger et son ergonomie facile à mettre en place permet de manœuvrer efficacement la plupart des annexes, en toute sécurité. Avec son autonomie d’une heure et sa vitesse moyenne de 3 nœuds, TEMO offre une puissance suffisante et un confort de navigation idéal sur une annexe de bateau.




Ayez les bons réflexes ! Maintenant que votre choix est fait, faites un point sur votre équipement et les règles de bonne conduite en annexe, c’est le meilleur moyen pour que la plaisance reste avant tout un plaisir.

Bien choisir son annexe de bateau : taille, type et propulsion
Clémence Vollaire
22 février, 2021
Partager
Étiquettes
Modifier
Archiver
Se connecter to leave a comment
Le lapin, un sujet qui fait couler plus d’encre que de bateaux